A l’ère du numérique et face à l’invasion pernicieuse de l’Internet, la survie et le succès d’un journal papier, géré par une équipe de bénévoles, se doivent non seulement d’être soulevés, mais aussi encouragés et surtout félicités. Oui, les résidents de Saint-Hyppolite doivent être très fiers d’avoir un journal aussi dynamique et informatif.
Le Sentier devrait être considéré comme un phare réconfortant et constant devant une mer déchainée par les vagues déferlantes d’information en continu. Albert Camus a dit « qu’un journal, c’est la conscience d’une nation » : alors le Sentier est la conscience de Saint-Hyppolite. Il est difficilement imaginable que tant d’évènements se soient déroulés au cours des 35 dernières années, mais que le Journal ait su maintenir son attention sur les faits importants pour la communauté de Saint-Hyppolite. Un journal est un observateur assidu et éveillé à l’environnement qui agit comme une sentinelle. « Une sentinelle annonce ce qu’elle observe. Il n’y a pas de sentinelle optimiste ou pessimiste. Il y a des sentinelles éveillées ou endormies », suggère Natalia Sanmartin Fenollera.

Un peu d’histoire
Le premier journal en français, soit La Gazette, a été publié en France par Théophraste Renaudot en 1631. Au Canada, le premier journal a été lancé le 21 juin 1764 (4 pages bilingues), la Gazette de Québec. Depuis, plusieurs journaux papier ont prospéré, mais on ressent actuellement un certain déclin dans plusieurs milieux. Toutefois, les journaux papier comme les livres sont là pour rester et on en a la preuve tous les jours. Bien que menacés par la technologie, ils persistent et signent.
Nous nous devons de fêter les 35 ans du Sentier, un accomplissement hors du commun. En numérologie, le chiffre 35 possède une vibration favorable au succès et à la réussite matérielle. « Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années », a affirmé Pierre Corneille.
Il y a 35 ans
Mais que s’est-il passé en 1983 lorsque le Sentier a vu le jour ?
Céline Dion a reçu deux Félix, un pour la révélation de l’année et un autre pour l’interprète féminine de l’année. Ronald Reagan cautionne l’utilisation du GPS à des fins civiles. René Lévesque est le premier ministre. Les Islanders de New York gagnent la coupe Stanley et Serge Savard est le directeur général des Canadiens de Montréal. La vente du vin est permise dans les dépanneurs.
L’année 1983 souligne aussi le début officiel de l’utilisation de l’Internet et le premier appel téléphonique sur un cellulaire mobile. Lech Walesa, syndicaliste polonais est le gagnant du prix Nobel de la paix et Michael Jackson danse pour la première fois en faisant un moon walk. La télévision payante fait son entrée. La centrale nucléaire de Gentilly 2 est inaugurée.
Sur une note plus personnelle, bien que résident de Ste-Anne-des-Lacs, l’équipe du Journal m’a permis avec générosité de m’exprimer librement dans une chronique mensuelle, et ce depuis une année. Dans chaque chronique, je tente de trouver un sujet hors du commun, apolitique, avec une pointe d’humour et qui suscite, je l’espère, l’intérêt du lecteur. Je vous remercie de m’avoir adopté.
Longue vie au Sentier. Nous fêterons ses noces de mousseline (36), émeraude (40), vermeil (45) et pourquoi pas d’or (50).
Source : Wikipédia