Pour subvenir à plusieurs besoins requis par une société lacunaire comme la nôtre, on se doit, dans plusieurs cas, à faire appel au travail de bénévoles. Le bénévolat désigne une (ou des) activité (s) pour accomplir des services auprès d’autrui, sans salaire et de plein gré. Le mot vient du latin bene signifiant « bien » et de velle qui veut dire « vouloir ». Par conséquent, « vouloir du bien ».

 

Les domaines, dans lesquels les bénévoles s’activent, sont excessivement variés et rendent des services incalculables à ceux qui en bénéficient : entrainer une jeune équipe locale de sport, œuvrer dans une popote volante ou dans la collection de denrées alimentaires comme la guignolée, participer à la rédaction d’un journal, supporter les intervenants dans un hôpital, devenir un aidant, offrir du support de coordination à des événements spéciaux. Malheureusement, on ne peut pas tous les énumérer. Pythagore nous a légué un bijou en affirmant « qu’un homme n’est jamais aussi grand que lorsqu’il est à genoux pour aider un enfant ».

 

Le bénévolat : c’est se donner corps et âme

Il y a beaucoup d’individus qui ont le cœur sur la main et feraient des pieds et des mains pour aider leur prochain. Au lieu de se retourner les pouces, se faire du mauvais sang, se contempler le nombril ou ne pas savoir quoi faire de leurs dix doigts, plusieurs ne se font pas tirer l’oreille et sont prêts, à pied levé, à courir le ventre à terre afin de donner un coup de pouce. Ils peuvent mettre à contribution leurs talents en tendant une oreille attentive, en prêtant leur épaule à quelqu’un ou faire corps avec une cause qui leur tient à cœur.

Beaucoup de gens sont prêts à mettre l’épaule à la roue, dresser l’oreille, se creuser les méninges, accueillir les bras ouverts, mettre le doigt dans l’engrenage et travailler d’arrache-pied afin d’aider, en un clin d’œil, ceux qui nécessitent une attention spéciale. Les bénévoles, dans certains cas, doivent avoir du cœur au ventre ou le cœur à la bonne place pour soutenir ceux qui ont baissé les bras, se font de la bile ou s’arrachent les cheveux devant l’adversité. Il faut alors avoir bon pied bon œil, pour s’impliquer aussi intensément.

 

Soutenir le volontariat

Cette citation de Nouredine Meftak traduit bien le but du bénévolat : « aider son prochain est l’une des bases pour un meilleur vivre ensemble ». Parfois, pour se sentir bien dans sa peau, il ne faut pas se fermer les yeux devant les besoins de la société. On se doit, dans certaines occasions, se serrer les coudes en tant que membre d’une société et tenter de rendre le monde meilleur en étant disponible pour aider les autres sans arrière-pensée.

Il faut que l’on reconnaisse l’apport immense des milliers de bénévoles œuvrant dans notre société. Leurs contributions remplissent bien des besoins et procurent sans équivoque des services qui, dans certains cas, ne pourraient par être rendus. Remercions-les de leur accomplissement. Si un bénévole ne reçoit pas de salaire, c’est qu’il n’a pas de prix.

Source : Wikipédia et Evene.