La Violette septentrionale

 

« Les fleurs des violettes sont très belles, mais comme elles sont petites et situées à ras de terre, elles passent souvent inaperçues. Il n’est donc pas étonnant que, depuis toujours, on en ait fait le symbole de la modestie et de l’humilité. » – Estelle Lacoursière

 

Les violettes sont des plantes herbacées qui poussent dans nos forêts, nos champs et dans plusieurs autres types d’habitats. Leurs fleurs peuvent être jaunes, bleues, violettes ou blanches. On en a dénombré au moins 26 espèces au Québec. Ces plantes se distinguent de par leurs fleurs qui se présentent sous deux formes. Les fleurs aux cinq pétales sont fertiles tandis que les autres, dites fleurs cléistogames sont des fleurs rudimentaires qui ne se reproduisent que par autofécondation. C’est tout le contraire des fleurs pétalifères colorées qui ont besoin de l’apport des insectes pour être fécondées.

 

Un pétale devenu éperon

Lors d’une excursion printanière en montagne, j’ai pris la peine d’observer attentivement les caractéristiques de ces plantes fascinantes. Les cinq pétales ne sont pas tous de même dimension. Celui du centre, un peu plus long, est surnommé éperon. Les fins pétales de la violette sont souvent rayés de petites lignes jaunes ou mauves. Ces fleurs sont odorantes au printemps. Les feuilles des violettes sont arrondies ou en forme de cœur. Les fameuses pensées, qui font partie de nos jardins et boîtes à fleurs, sont des variétés d’une violette européenne (Viola tricolor) qui a été abondamment cultivée. Évidemment, les fleurs des pensées sont beaucoup plus grandes que les fleurs de nos violettes indigènes.

 

Tiges aériennes présentes ou non

Les violettes se présentent en deux groupes. Celles qui sont dépourvues de tige aérienne (on les nomme acaules) et celles qui possèdent une tige (nommées caulescentes). Chez les violettes acaules, les feuilles sortent directement du sol de par le rhizome, tandis que chez les plantes munies d’une tige, les feuilles sont disposées en alternance sur cette tige. Cette plante est connue depuis longtemps comme ayant des vertus médicinales. La violette est calmante dans le cas de toux, rhumes et bronchites. Au printemps, on peut consommer les feuilles et les boutons floraux des violettes. Voilà une façon originale de composer une salade en ce mois de juin.

 

La Violette septentrionale

La Violette septentrionale se répand facilement par son rhizome. Elle se retrouve partout même sur la pelouse. Ses fleurs sont violettes, mais le ton de bleu peut varier en intensité. Cette plante est acaule et ses feuilles en forme de pique sont légèrement velues. Ses feuilles possèdent aussi des cils sur leur pourtour. Si on continue à se pencher pour observer la flore du printemps tout en marchant à l’orée de la forêt, on pourra découvrir d’autres espèces de violettes dont la Violette de Pennsylvanie et la Violette pubescente toutes deux ayant des fleurs jaunes. La Violette du Canada est aussi très commune. Elle possède des pétales blancs, mais le revers des pétales est violet. Cette caractéristique nous permet de l’identifier à coup sûr.

 

Fleurs odorantes

Finalement, j’apprécie énormément les toutes menues Violettes pâle et réniforme. Ces plantes sont parées de petites fleurs blanches dont l’éperon est ligné de pourpre. Ces fleurs sont odoriférantes. Il faut alors se pencher pour humer leur parfum. On devient alors aussi modeste que la violette elle-même.

Auteur de l'article