Les risques nutritionnels des diètes maison

Notre principale priorité en tant que professionnel de la santé animale est le souci de répondre aux besoins de base de l’animal afin qu’il puisse vivre le plus longtemps possible et ce, dans les meilleures conditions de captivité.

Lorsque nous nous retrouvons avec des propriétaires qui partent « à l’aventure » en offrant à leur animal une diète à la mode ou qui suit un certain courant philosophique, pardonnez-moi de le souligner, mais ils oublient les besoins essentiels de l’animal au détriment des leurs!

Le principal danger relié à l’administration de diètes maison (cuites ou crues) est l’introduction de débalancements alimentaires, conduisant inévitablement aux maladies d’ordre nutritionnel. Les animaux ont tous leurs besoins particuliers et plusieurs propriétaires font l’erreur de croire que la qualité exemplaire de l’aliment qu’ils offrent la rend capable de répondre aux exigences alimentaires demandées. C’est faux.

En tant que vétérinaire généraliste qui élargit son champ de pratique aux animaux exotiques, je suis régulièrement exposée à des problèmes médicaux découlant directement d’un mode de diète inadéquat. Problèmes métaboliques, dermatologiques, cardiaques, digestifs, musculo squelettiques, rénaux, dentaires et j’en passe !

L’alimentation inappropriée est à la source de problèmes systémiques graves. Malheureusement, il est impossible en tant que propriétaire de démystifier un développement de maladie nutritionnelle. Ces conditions sont lentes, progressives et insidieuses. Elles ne créent pas de signes aigus comme de la fièvre ou un abattement qui vous amènent à consulter rapidement. Elles se développeront donc graduellement et amèneront des déficits vitaminiques, des carences en acides gras ou acides aminés essentiels et des problèmes de conformation et de fonctionnement organique. Ce n’est pas parce que le problème est alimentaire qu’il est facile à traiter…au contraire! Certaines maladies sont très avancées et au moment de la consultation, certains états seront donc irréversibles et pourront même aller jusqu’ au décès.

Personnellement, je m’inquiète de plus en plus de l’apparition de ces maladies. Sans être contagieuses, elles se rependront dans l’avenir tel un feu de paille. Les vétérinaires d’aujourd’hui devront ressortir leurs vieux manuels de nutrition, du temps ou les chiens mangeaient des diètes aléatoires. Nous courrons aveuglement à l’avènement de conditions nutritionnelles qui étaient disparues et éradiquées grâce aux diètes commerciales balancées. Ce que cherche à vous faire réaliser est que la mise en place d’une diète maison demande une préparation judicieuse. Au-delà des risques infectieux, les risques de débalancement alimentaire à long terme sont indiscutables et inévitables. Sachez que des sources littéraires fiables sont disponibles sur le marché pour vous encadrer et que des nutritionnistes vétérinaires sont maintenant disponibles dans certains établissements universitaires pour vous aider à élaborer un menu sur mesure. Que ce soit pour répondre à une maladie existante ou pour suivre un courant de pensée particulier, les diètes maison ont leur avantage. Il n’en démord pas moins qu’il est essentiel de comprendre leurs enjeux sur la santé de votre animal.

Auteur de l'article