L’avenir, dit-on, sourit aux audacieux, et il appartient à ceux qui se lèvent tôt, qui se lèvent de bonne heure. Et si vous envisagez d’atteindre les sommets de la concurrence, bon courage, autrement on pourrait bien vous dire Il faut se lever de bonne heure pour cuisiner comme Hab… On ne fera quand même pas de publicité!

 

D’un événement qui vient à point nommé, on dira qu’il arrive, survient à son heure. Vous avez posé une question plutôt indiscrète à une personne que vous connaissez à peine, ou vous avez fait un commentaire inopportun, ne soyez pas étonné(e) si cette personne vous rétorque Je ne vous ai pas demandé l’heure. Elle vous a simplement invité(e) à vous mêler de vos affaires ou signalé que votre avis n’a pas été sollicité.

 

Tout à l’heure renvoie tantôt à un futur rapproché, tantôt à un passé immédiat. Je vous disais tout à l’heure que j’aimerais vous revoir avant la fin de la journée ; si vous êtes d’accord, je vous rencontre vers 16 heures – à tout à l’heure ! Familièrement, frôlant l’argot syncopé, on entendra à t’à l’heure! (au son atalheur). Le mot tout a été réduit à sa lettre initiale. Une autre contraction, bien répandue chez nous, mais reconnue chez le Robert historique comme régionalisme du Sud-ouest français en désuétude, mais conservé au Québec, est astheure, un condensé de à cette heure. Il signifie maintenant, au moment présent. Qu’est-ce qu’on fait astheure ? Mais le terme renvoie aussi parfois à une suite, une conséquence découlant d’une action ou d’une situation. Il est suivi alors du relatif que, comme Astheure que nous sommes arrivés, que faisons-nous du reste de la journée ?

 

Bien sûr, à cette heure signifie aussi jusqu’au moment présent, jusqu’à maintenant. Par exemple, on dira le dossier, à cette heure, reste irrésolu. Plus général, à l’heure actuelle réfère aussi au moment présent, voire à notre époque. À l’heure actuelle, aucune solution n’a été proposée pour corriger la situation. Quand une affaire évolue rapidement, on signalera qu’elle change d’heure en heure.

 

Dans le domaine du commerce et des services, on indiquera les heures d’ouverture, et non d’affaires, calque de l’anglais business hours. Quand la clientèle se fait plus nombreuse durant une certaine période du jour, on la décrira comme l’heure ou les heures d’affluence. Et si vous vous dirigez vers la métropole le matin et que vous en sortez à la fin de votre journée de travail, vous n’échapperez pas à l’heure de pointe, que dis-je, aux heures de pointe. Des heures plus tranquilles, on les qualifie parfois d’heures creuses, où il ne se passe pas grand’ chose.

 

Que vous cherchiez ou non la renommée, un jour peut-être vous connaîtrez votre heure de gloire. Andy Warhol ne prétendait-il pas que chacun aura, ou devrait avoir son quart d’heure de célébrité! Il se peut bien aussi que l’heure ne soit pas venue, qu’elle ne soit pas au rendez-vous, ou même qu’elle ne vienne jamais. L’heure venue signifie aussi le moment fixé, convenu pour une activité, une action, ainsi L’heure venue, les participants entamèrent leur marathon de l’Espoir. Parfois, on a utilisé également l’heure H (comme un parallèle au jour J), comme l’heure de l’Armistice en novembre 1918, fixée à la onzième heure du onzième jour du onzième mois. Il s’agit d’une heure précise, d’un moment déterminé, convenu à l’avance pour une action importante, un rendez-vous.

 

Il se peut parfois que l’on vous accuse de chercher midi à quatorze heures, on veut dire par là que vous compliquez inutilement les choses, que vous voyez un problème là où il n’y en a pas. L’usage de l’expression remonte au 17e siècle, mais son origine, la logique de son sens, restent obscures. Nommément, c’est chercher quelque chose qui n’est pas là, car, bien sûr, on ne trouvera pas midi… à quatorze heures. C’est chercher, sans raison sérieuse, la petite bête, l’élément négatif qui pourrait déranger. On pourra ainsi entendre Dans cette affaire, pas la peine de chercher midi à quatorze heures, la séquence des événements d’hier est bien celle décrite par l’enquête policière.

 

Et bien qu’on veuille en retarder l’échéance, notre heure, à chacun de nous, aura sonné. Ce sera individuellement notre dernière heure, celle du grand départ de ce bas monde… peut-être pour une autre vie aussi ou plus heureuse que celle que nous aurons quittée!

 

Pour l’heure, pour l’instant, nous nous en tiendrons là. Le mois prochain, nous attaquerons la minute.

 

Communiquez avec moi par courriel gdesbiens@journal-le-sentier.ca ou sur la page Facebook du journal Le Sentier pour nous faire part de vos commentaires, ou de suggestions de sujets/thèmes à traiter. https://www.facebook.com/Journal-Le-Sentier-24032601631868