• Accueil
  • >
  • Article
  • >
  • Quoi faire de ses poules urbaines durant l’hiver ?

Quoi faire de ses poules urbaines durant l’hiver ?

La mode est à la possession de quelques petites poules à la maison pour notre pur bonheur. Ce courant croît en popularité et il n’est plus rare de connaître un voisin qui héberge ces petits volatils fort sympathiques. Elles sont mignonnes, rustiques et apaisantes….mais l’hiver cognant à nos portes, elles nous occasionnent un nouveau stress…..qu’allons-nous faire d’elles à -25 degré Celsius?

 

En cherchant sur le net, il est facile de dénicher de jolis poulaillers bâtis sur mesure, charmants et campagnards. Toutefois, ne vous laissez pas berner. Ils ne sont pas équipés pour maintenir vos poules en vie durant la saison froide. Considérez-les comme une petite maison d’été qu’elles pourront partager lorsque la température sera clémente. Et encore, plusieurs de ces maisonnettes ne possèdent pas les caractéristiques adéquates pour répondre aux besoins environnementaux de vos pensionnaires et inévitablement, vous aurez à gérer la prolifération de pathogènes et de maladies physiques et comportementales.

Il est primordial de s’y prendre d’avance afin de construire un poulailler sur mesure, sécuritaire, hygiénique et durable.

Le premier argument à considérer est une ventilation adéquate afin d’éviter l’accumulation d’humidité et de moisissures/champignons. La température sera plus facile à gérer également si l’air voyage bien à travers la bâtisse. Munissez votre bâtiment de fenêtres afin de les ouvrir par temps invitant.

L’électricité doit se rendre à votre bâtiment pour contrôler la température et éviter le gel. L’eau de boisson doit rester à l’état liquide. Il est considéré négligeant et cruel de laisser les oiseaux boire de la neige ou de la glace. De plus, l’hiver n’est pas assez ensoleillé pour maintenir adéquatement une ponte régulière. Vos oiseaux ont besoin de lumière artificielle. Une isolation de base est nécessaire pour éviter les courants d’air et faciliter la thermorégulation de vos poules. N’oubliez pas de l’étendre à tout le bâtiment, incluant le couvoir. Une poule peut être confortable jusqu’à -10 degré environ. La règle est d’éviter les extrêmes de température (valide aussi pour les canicules). Une litière très confortable et absorbante est souhaitable (ripe, copeaux, paille) et doit être changée souvent pour éviter les odeurs d’ammoniaque.

Le poulailler devrait être muni d’un auvent extérieur ou un petit toit afin d’éviter l’accumulation de neige trop près de la porte. Idéalement, votre poulailler devrait être surélevé pour le protéger de l’humidité du sol et des prédateurs terrestres, protégé d’une clôture qui rentre dans le sol et même d’une moustiquaire au plafond. N’oubliez pas que certains prédateurs creusent, d’autres escaladent les parois et certains volent…oui oui, nous avons des oiseaux de proie au Québec qui mangent les poussins !

Et finalement, déterminer le bon ratio de poules/aire habitable. En général, nous parlons de maximum 3-5 poules/m² ou 7-8 petits gabarits (cailles) / m². Une poule ne devrait jamais être seule pour son équilibre mental et physique.

Auteur de l'article