• Accueil
  • >
  • Article
  • >
  • Raymond Lévesque : en vélo pour le système nerveux

Raymond Lévesque : en vélo pour le système nerveux

Raymond Lévesque, concitoyen et triathlète émérite, s’associe désormais aux couleurs d’une cause particulière : l’Association de la fibromyalgie des Laurentides. La motivation d’être le porte-parole de l’organisation s’impose, car cette maladie méconnue touche désormais celle qui partage depuis longtemps sa vie, sa tendre moitié, sa Marie.

 

Une maladie de plus en plus documentée
Chez les personnes atteintes de fibromyalgie, les fibres nerveuses, présentes dans tout l’organisme, sont plus stimulées que la normale, ce qui cause des douleurs et des inconforts souvent irréguliers et imprévisibles, dont l’intensité varie d’une personne à l’autre et d’une journée à l’autre. La fibromyalgie est ainsi un trouble d’hyperexcitabilité du système nerveux central qui se manifeste par un ensemble de douleurs aux muscles, aux articulations, aux ligaments et aux tendons dans toutes les parties du corps, sans présence d’inflammation. Cette réalité affecte nettement l’équilibre émotionnel des individus qui se retrouvent prisonniers d’une imprévisibilité quotidienne quant aux soubresauts des malaises.
Pédaler pour faire avancer la cause
Pour contribuer financièrement à la recherche et faire connaître la maladie, le couple hippolytois a organisé une session de spinning, le 14 avril dernier, au Centre Sportif Mathers, de Saint-Eustache. Cette activité de deux heures a réuni 45 personnes et ce sont 1100 $, incluant des dons complémentaires, qui ont été remis à la fondation. Des commanditaires ont aussi permis de rendre cet événement encore plus agréable : Brasserie Bière Boréale, Centre du Rasoir Saint-Jérôme, Centre Sportif Mathers, Star Bédard, SOPAR International, Quilicot et les Vins Delegate.
Nager, pédaler puis courir pour la maladie
Raymond Lévesque participera aussi en juin et en août 2018 aux événements Ironman au nom de l’Association de la fibromyalgie des Laurentides, afin d’en soutenir la recherche active, puisque le taux d’incidence au Canada est de 3,3 à 5 % de la population, ce qui équivaut minimalement à 260 000 personnes touchées au Québec seulement.