• Accueil
  • >
  • Article
  • >
  • Un Hippolytois se démarque au Championnat national canadien de ski nautique

Un Hippolytois se démarque au Championnat national canadien de ski nautique

L’Hippolytois Tushar Boersma, qui réside depuis maintenant 20 ans au lac de l’Achigan, est un mordu de ski nautique. Le 25 juillet dernier, il s’est qualifié dans le groupe d’âge Hommes-4 (45 à 54 ans) lors d’une compétition à l’école de ski nautique Benoit Allard de St-Donat et est fièrement rentré chez lui avec une médaille d’argent!

 

Le lac de l’Achigan est marqué par un important historique de sport nautique. Saviez-vous que de grands champions du monde sont passés par le lac de l’Achigan à travers les années ? En effet, l’équipe canadienne de ski nautique s’y est entraînée! Il y a en fait deux tracés de compétition de ski nautique au lac : l’un est situé en face du Camp Lac l’Achigan, et l’autre se trouve à proximité du camp Bruchési.

 

Un immense honneur mais surtout une grande passion

Occuper la seconde place sur le podium au Championnat national canadien de ski nautique, ce n’est pas banal. Tushar Boersma a remporté cet honneur à l’épreuve de slalom (ski nautique sur un seul skiÀ ses côtés, il y avait quatre autres Hippolytois qui ont participé : Manon Bouthillier (dans le groupe d’âge Femmes-4 pour les 45 à 54 ans) et qui a rem­porté la médaille de bronze, Hélène Savignac, Mario Lemieux et Gary Wilkinson. Disons que Saint-Hippolyte fut représenté de belle façon !

Tushar se décrit comme un homme actif. Policier pendant 12 ans à Montréal, il faisait partie d’une équipe élite et faisait des poids et haltères trois à quatre fois par semaine. Il s’adonne encore aujourd’hui à différents sports tout au long de l’année, par simple plaisir. « J’ai 54 ans ; je ne pratique pas le ski nautique pour battre quelqu’un d’autre, je le fais pour le bonheur d’être en forme! », spécifie-t-il avec enthousiasme.

 

La préparation au Championnat

Lorsque Gary Wilkenson, un autre amateur hippolytois de ski nautique (il en fait d’ailleurs depuis qu’il est adolescent et est maintenant dans la soixantaine!), a informé Tushar en juin dernier de la tenue du Championnat national canadien à St-Donat le mois suivant, la nouvelle n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd! « Gary était déjà enregistré, mais on ne peut pas simplement se présenter au Championnat, il y a un standard minimal à respecter (un certain score). J’ai voulu me présenter, car j’avais connu une expérience similaire en participant à deux autres compétitions dans les 20 dernières années. Par contre, cela faisait sept ans que je ne faisais pas de ski dans les tracés ; dès 2012, j’ai eu un commerce donc j’étais plutôt occupé. Je faisais bien du ski libre, mais c’est très différent. Je me suis donc remis aux tracés à la fin juin », explique Tushar.

 

Ainsi, de juin jusqu’à la fin août, Tushar s’est appliqué à s’entraîner dans les tracés. En absence de vent (il est crucial de ne pas avoir de vagues lorsque l’on pratique le ski nautique), Tushar sortait tôt le matin et se pratiquait. « Le matin, c’est particulièrement beau sur le lac, c’est tranquille, et on est avec nos amis en plus. On est une communauté qui s’encourage, qui se tient, et je suis content d’en faire partie », ajoute Tushar.

 

Le ski nautique, un sport extrême à ne pas sous-estimer

« Pour le déroulement de la compétition, une série de bouées est installée sur l’eau. Un bateau est mis en place au milieu de guides, et le skieur doit effectuer six virages. Il s’agit là d’un standard international, afin que toutes les compétitions de ce type, peu importe le pays, puissent être comparables. Il y a deux facteurs de difficulté : la vitesse du bateau et la longueur de la corde. Quand le bateau se déplace plus rapidement, ou quand l’on raccourcit la corde, ça devient alors plus difficile », explique Tushar. Il y voit là une belle dualité : il faut faire preuve d’une excellente forme physique lorsque l’on pratique le ski nautique, mais en même temps, il est important de « faire confiance au ski », de « le laisser travailler ». En effet, l’accélération est courte et intense – on passe de 30 km/h à 100 km/h très rapidement, et cela se traduit par une charge très lourde sur la corde qui peut atteindre les 400 livres!

 

Contact

Si vous êtes intéressés par le ski nautique et voudriez avoir plus de détails, Tushar vous invite à le contacter au 514 466‑1843. Il est professeur d’éducation physique et compte obtenir sous peu une certification afin d’enseigner ce sport dès l’été prochain.