Le maire de Saint-Hippolyte et préfet de la MRC de La Rivière-du-Nord, Bruno Laroche, n’était pas peu fier d’annoncer, en compagnie de M. Stéphane Maher, maire de Saint-Jérôme et président du conseil d’administration de Développement durable Rivière-du-Nord (DDRDN) ainsi que des maires de Prévost et de Saint-Colomban, un projet d’envergure visant l’optimisation de quatre des cinq écocentres de la MRC, dont celui de Saint-Hippolyte, lors d’une conférence de presse qui s’est tenue le mercredi 20 septembre à l’Hôtel de région, chef lieu de la MRC, à Saint-Jérôme.

Victimes de leurs succès, les écocentres actuels ne suffisent plus pour répondre aux besoins de la population. Avec ce projet, les périodes d’ouvertures seront élargies et les matières acceptées plus diversifiées. M. Maher a tenu à souligné qu’à terme, les infrastructures des écocentres de la MRC, et principalement le site de Saint-Jérôme qui sera ouvert à l’année, 7 jour sur 7, seront à la fine pointe de la technologie, ce qui en fera les meilleures au Nord de Montréal.

Grâce à un investissement total de plus de 5 millions de dollars, la quantité de matières récupérées passera de 1000 tonnes par année à un potentiel de 9000 tonnes annuellement. Pour ce faire, les écocentres de Saint-Jérôme et de Saint-Hippolyte seront relocalisés et ceux de Prévost et de Saint-Colomban seront améliorés.

Les quatre écocentres seront dotés d’un bâtiment notamment dédié au réemploi et pourront recueillir les résidus de construction, de rénovation ou de démolition (CRD), en plus des résidus domestiques dangereux (RDD), des appareils électroniques, des matières recyclables ainsi que différent objets récupérables et réutilisables qui sont actuellement acceptés.

Plus particulièrement à Saint-Hippolyte, le nouvel écocentre sera établi sur le chemin des Hauteurs, sur un terrain de 75 000 pieds carrés voisin du poste Saint-Hippolyte d’Hydro-Québec. Selon les dessins préliminaires du projet, le nouveau site sera doté de deux bâtiments, de lieux sécurisés pour disposition de peinture et des RDD, de boites d’apport volontaire, de cinq conteneurs pour les différents types de matières acceptées, de même qu’un dépôt de pneus et d’agrégats. Le site sera aménagé de façon à permettre une circulation et des opérations faciles et sécuritaires, tant pour les employés que pour les usagers.

Le conseil municipal a donné son aval au projet de la MRC par une résolution adoptée lors de l’assemblée du 5 septembre. Les travaux devraient commencer à la fin de l’été 2018 pour une mise en service en 2019.