Il s’appelle Victor Manuel Nuñez. Il est résident saisonnier de Saint-Hippolyte. Le reste de l’année, il vit au Chili. Il y a trois ans, il a lancé le projet Vicuña, capitale mondiale de l’astronomie.

Retour en arrière
Victor est arrivé au Québec en 1987. Il y a fait son petit bonhomme de chemin en devenant entrepreneur en rénovations domiciliaires dans la région de Montréal. Tout un changement pour lui qui, avant d’arriver ici, travaillait dans le domaine bancaire. C’est un homme d’action qui n’a pas eu peur de s’investir à fond et de mettre lui-même la main à la pâte. Près de trente ans plus tard, il a bien réussi.

En 2016, des événements familiaux l’amènent à retourner au Chili et à y résider une bonne partie de l’année. Depuis lors, il gère l’Hostal Michel à Vicuña dans le nord du pays. À peine installé là-bas, Il fait un constat : comment se fait-il que le ciel si pur de ce coin de pays ne soit pas mieux mis en valeur ? Aussitôt, il agit : devenu président de la Chambre de commerce et de tourisme de Vicuña, il lance l’idée de développer le secteur astrotouristique. La Chambre de commerce et la municipalité s’investissent dans le projet dont le fer de lance est l’éclipse solaire totale qui aura lieu à Vicuña le 2 juillet 2019. Cet événement attirera plus de 100 000 personnes et des centaines de journalistes dans cette municipalité qui ne compte que 12 000 habitants.

Vicuña, capitale mondiale de l’astronomie
« Nous avons tout ce qu’il faut pour prétendre au titre de Vicuña, capitale mondiale de l’astronomie, indique Victor. Dans la vallée de l’Elqui, dont Vicuña est la capitale, il y a cinq observatoires scientifiques dans lesquels se retrouvent cinq des vingt télescopes les plus puissants au monde! » C’est le climat sec qui fait de cet endroit une zone reconnue par le monde scientifique comme ayant l’un des ciels les plus propres de la planète. D’autres télescopes sont en construction au Chili, et, d’ici 15 à 20 ans, 70 pour cent de tous les télescopes du monde seront situés dans le pays.

Au début du projet, il y avait quatre observatoires astronomiques touristiques dans la région. Il y en a maintenant quatorze, dont trois qui permettent l’observation astronomique et solaire. De plus, le seul radiotélescope touristique du Chili se trouve à Vicuña.

« Depuis janvier 2017, un décret municipal a promulgué Vicuña capitale mondiale de l’astronomie. Mais il faut évidemment une reconnaissance internationale pour que ce statut acquière une réelle signification, explique Victor. Et c’est là le but du projet : faire en sorte que les visiteurs qui viendront pour l’éclipse deviennent des ambassadeurs de Vicuña, qu’ils la décrivent comme LE lieu privilégié pour observer les étoiles. Nous avons à offrir une fraction de l’immensité cosmique perceptible avec un télescope. Mais il y a surtout la magie de découvrir, en levant la tête, un ciel éclaboussé d’étoiles. On peut voir à l’œil nu les Pléiades, apercevoir les Nuages de Magellan et tant d’autres », s’enthousiasme-t-il.

« Le projet, tient-il à préciser, en est un de développement régional durable. La seule économie locale est une agriculture qui se meurt. Aucun espoir pour la jeunesse. Avec ce projet, nous espérons rehausser le niveau d’éducation, créer à terme des emplois mieux rémunérés dans le domaine touristique. Nous travaillons à mettre en place des cours d’astronomie dans les écoles locales pour éveiller la curiosité et l’intérêt des enfants avec l’espoir que d’ici 15-20 ans, les meilleurs astronomes chiliens, voire mondiaux, soient de notre région. »

Un doux rêveur ?
Victor me démontre, exemples à l’appui, que le projet n’a rien d’utopique. « En route pour 2019 » est plus qu’un slogan. Dans les trois dernières années, de nombreuses activités astronomiques ont eu lieu. La municipalité travaille à en faire la promotion. On en a beaucoup parlé dans le pays. Le 2 juillet, à un an pile de l’événement, des dizaines de personnes ont parcouru la vallée pour identifier les meilleurs endroits où on pourra observer l’éclipse l’an prochain.

La Chambre de commerce et la municipalité peuvent se féliciter du retentissement du projet et du développement qu’il a déjà généré dans la municipalité de Vicuña. Après quelques mois passés à Saint-Hippolyte au Québec, Victor vient de retourner là-bas pour collaborer au sprint de la dernière année avant l’Événement É… comme éclipse.