Partant de cet adage bien connu, le Centre de Zoothérapie communautaire a privilégié Saint-Hippolyte, cet automne, et tout particulièrement les deux écoles avec le programme Zoo- sécure.

Toutes les classes, soit 575 élèves ont bénéficié d’un atelier sur la prévention des morsures et cela gracieusement offert par le CZC. En effet, les statistiques démontrent clairement que ce sont les enfants qui sont le plus souvent victimes de morsures de chien.
Afin de parfaire son implication dans le milieu hippolytois, le CZC a proposé une conférence pour les adultes.

Quand une chienne va à l’école… Une animation vivante et colorée
Nous avons eu la chance d’assister à l’une des séances dans une classe de 3e année de la nouvelle école. Madame Servais, accompagnée de son bel animal, une chienne berger allemand de 2 1⁄2 ans, sait captiver les enfants. Très à l’aise, on sent qu’elle a grand plaisir à partager ses connaissances. Bien sûr, le sujet les intéresse et plusieurs d’entre eux ont un chien. Les élèves, tout ouïe, ont enrichi leur savoir et ils ne regarderont plus les chiens de la même façon.

Les règles de sécurité
Avant tout, il est primordial de reconnaître les signes de colère ou de peur chez un chien et de savoir adopter les attitudes adéquates. Notre réaction instinctive est de partir en courant, or c’est justement ce qu’il faut éviter. Il est nettement préférable de rester immobile ou de prendre « la position de la roche » en attendant de pouvoir reculer lentement lorsque l’animal se fait moins menaçant. Les enfants sont naturellement portés à s’approcher d’un chien blessé. Ils ont appris que c’est dangereux et que c’est à proscrire absolument.
Quant à aller caresser un animal qu’ils ne connaissent pas, ils savent maintenant qu’ils doivent demander à son maître l’autorisation de le flatter, puis lui présenter la main avec le poing fermé et attendre que le chien s’avance. Lui caresser la tête, la queue, les oreilles ? Surtout pas. Si le chien grogne, on le laisse immédiatement ! Évidemment on ne s’approche pas de lui quand il boit ou quand il mange.

Les positions canines
Bien connaître son chien, c’est interpréter ses positions et donc observer les éléments clés : la face, la langue, les oreilles et la queue. C’est aussi être attentif à ses comportements inhabituels et savoir ce qu’ils nous disent par le biais de leur langage gestuel. Grâce aux informations de l’animatrice et aux illustrations, les élèves sauront dorénavant détecter l’excitation, le stress ou l’inquiétude chez leur chien tout comme les signes de recherche d’apaisement.

Une conférence pertinente
Notre journal communautaire, Le Sentier, convaincu de la pertinence de cette rencontre, a décidé d’en assumer les frais afin que la conférence soit gratuite. Destinée tout particulièrement aux intervenants qui doivent se rendre à domicile et qui parfois font face à des chiens plus ou moins bienveillants, elle s’adressait à tout le monde. Malheureusement les auditeurs étaient rares.
Madame Anne Charrette a su nous entretenir et nous intéresser du début à la fin. Les règles de sécurité, le langage canin, savoir identifier les signes, les comportements à adopter avec notre « compagnon » ont été fort bien expliqués et illustrés par de nombreuses anecdotes de notre quotidien. Peu ou mal informés, nous provoquons, inquiétons notre chien ou envahissons son espace, sans le savoir. Elle a modifié justement notre perception du « territoire » canin, ce qui nous amènera à mieux considérer leurs émotions et à être plus prudents.

Le code jaune
Il s’agit d’un ruban ou d’un foulard jaune. Il signifie que le chien a besoin d’espace autour de lui, donc il faut éviter de s’en approcher et ne pas permettre à d’autres animaux d’être à proximité. Diverses causes peuvent nécessiter le code jaune (problème de santé, femelle en chaleur, agressivité, chien peureux, en convalescence, en entraînement….) Bref, un code qu’il faut savoir reconnaître et ne pas hésiter à utiliser si besoin est. Le Centre de zoothérapie communautaire s’est investi dans notre communauté et ce ne sera pas en vain.

Le CZC, c’est quoi ?
C’est un organisme sans but lucratif qui oeuvre dans les Hautes et Basses Laurentides depuis 13 ans. Son équipe est constituée de dix zoothérapeutes dirigée par sa fondatrice et directrice, Madame Suzanne Legault.
Les services de zoothérapie dispensés sont adaptés selon les clientèles (aînés, jeunes, personnes déficientes ou en pertes cognitives, troubles mentaux, etc.). Le but est de procurer du mieux-être et le Centre accorde des services dans plusieurs établissements (Manoir Émeraude de Prévost, CHSLD des Hauteurs, Maison Aloïs Alzheimer de Saint-Jérôme). En plus des moments de plaisir, le contact avec un animal est plus aisé, plus spontané pour les personnes qui ont de la difficulté à s’exprimer. La présence de l’animal fait baisser le niveau de stress tout comme l’anxiété. Les rencontres individuelles sont toujours attendues avec hâte.
Les services sont peu coûteux ou gratuits, car le CZC s’emploie à trouver des fonds pour couvrir les frais : collectes de fonds, dons de Clubs sociaux, particuliers, institutions financières, partis politiques, municipalités. Divers programmes sont accessibles : Zoo-ainés, Zoo-ado, Zoo-jeunes (dont le programme de prévention zoo-sécure). La pension d’animaux de compagnie en milieu privilégié, à prix abordable, est également offerte. Le CZC recrute des bénévoles intéressés à assumer la garde des animaux chez eux. Si vous êtes intéressés, n’hésitez pas. Vous voulez apporter votre soutien ? Tenez-vous au courant des campagnes de financement ou faites un don (avec reçu pour impôt).

Anne Charrette
Depuis l’enfance elle a toujours aimé les animaux et particulièrement les chiens. À 21 ans, elle choisit une formation de maitre-chien. En 2002, elle lance son entreprise et devient propriétaire du Centre Éducatif Canin à Saint-Hippolyte (toilettage, éducation, boutique, conseils). Depuis 25 ans, elle exerce son métier en tant qu’éducatrice et comportementaliste.

 

 

 

Sarah Servais
Professionnelle en zoothérapie et intervenante psychosociale, elle termine un baccalauréat en adaptation scolaire. Sarah aide les aînés à briser leur solitude et leur procure des petits moments de plaisir avec un animal, moments très attendus le plus souvent. Avec les enfants, elle intervient avec le programme zoo-sécure.