• Accueil
  • >
  • Article
  • >
  • Souriez, vous êtes filmés. Drôleries et pandémie

Souriez, vous êtes filmés. Drôleries et pandémie


Comme disait ma grand-mère, l’esprit humain, c’est comme un parachute, « il fonctionne pour autant qu’il est ouvert ». Cette sage citation ne me permet pas toutefois de comprendre nombre de comportements chez mes semblables. La période que nous subissons depuis quelques mois donne justement lieu à toutes sortes de comportements, tantôt drôles et inoffensifs, tantôt désolants ou pathétiques.

 

Parmi les phénomènes curieux, la course au papier de toilette mérite que l’on s’attarde à ce fait inusité. Nombre de « psy » se sont penchés sur la question, mais aucun n’a pu apporter une réponse satisfaisante. Ainsi, les images qui ont circulé abondamment au cours du présent épisode, ont de quoi nous amener à nous questionner sérieusement sur un tel comportement de masse et parfois nous font sourire, sans plus. Rappelons-nous que cet épiphénomène avait occupé l’espace médiatique jusqu’en France, à l’époque.

 

Était-ce un réflexe primaire ou un besoin inconscient à récurer à fond toutes les cavités obscures ou intimes de notre anatomie ou un besoin pressant de déloger toutes particules vicieuses susceptibles de contaminer notre organisme ? Était-ce la preuve que dans certaines conditions, le cerveau humain déraille et emprunte des chemins douteux, des voies qui ne nous mènent nulle part ? À mes questions, je n’ai pas de réponses savantes malgré les nombreuses hypothèses qui ont défilé dans ma tête. Je décide donc de mettre fin à mon enquête, une enquête plus approfondie eut été longue et fastidieuse, sans compter qu’elle m’aurait conduit tout droit à manquer de papier à mon tour.

 

Après avoir fait l’étalage de mes interrogations, je sens le besoin de me confesser et d’exposer mes propres travers. Ainsi, quelque part au début de la pandémie, durant la ruée vers le papier, j’ai été attiré par une promotion à la pharmacie du coin. On y proposait un spécial intéressant sur les essuie-tout (Scott Towels). À la première occasion, je me suis présenté au comptoir des aubaines et rempli mon panier d’essuie-tout, fier d’avoir profité d’une telle réduction sur mes achats. À mon retour à la maison, je me suis empressé de déballer ma précieuse cargaison. À ma grande déception et après avoir échappé quelques jurons, j’ai constaté que j’avais par mégarde acheté 24 rouleaux de papier de toilette flambant neufs.

 

En repensant à toutes les moqueries dont je ne m’étais pas privé, j’ai éprouvé de la gêne et des remords. Impuissant devant cette méprise, j’ai choisi de remédier à mon malaise en passant immédiatement à l’action. J’ai d’abord caché mes rouleaux afin de les mettre à l’abri des regards, soucieux de ne pas devenir la risée de mon entourage, puis j’ai ouvert la télé afin de m’assurer de ne pas apparaître au prochain bulletin de nouvelles. J’ai maintenant une provision enviable de papier de toilette et mes regrets se sont dissipés.

 

Alain Chaurette

Lac en Cœur, Saint-Hippolyte